[Slate] Le numérique, toujours pas politique

A une semaine du grand « séminaire numérique gouvernemental », organisé en grande pompe demain au FabLab de Gennevilliers en présence d’une grosse dizaine de ministres et de Jean-Marc Ayrault himself, je me suis lancée un défi marrant mais un peu con (oui un peu con, car je suis désormais marquée dans ma chair par des heures et des heures passées au téléphone, baladée de services de com’ en services de com’, dans un cauchemar éveillé bien cliché de l’administration française) : appeler les 20 ministères de tutelle (+ évidemment, celui de Fleur Pellerin, directement concerné par le sujet), pour leur demander s’ils avaient formulé des pistes de réflexion en rapport avec Internet, tout ça, et leurs dossiers de prédilection.

Histoire de voir sur pièce si les ministres en avaient quelque chose à carrer du numérique, ou si c’était la grosse corvée. Résultat pas catastrophique mais pas réjouissant non plus, à lire sur Slate :

 

slate_seminaire_numerique_capture

 

Le numérique n’est toujours pas un sujet politique, alors qu’il s’insère dans tous les interstices de la société. Il faut dire qu’aucun gros parti (et de très rares formations plus modestes) n’en a fait un axe de son programme en 2012. On a pu largement s’en rendre compte au cours de l’enquête menée avec Guillaume Ledit sur la place d’Internet dans la campagne présidentielle (Partis en ligne, Owni Éditions). Ce qui nous faisait dire qu’en 2012, Internet n’existait pas.

Pourvu que Jean-Marc Ayrault me fasse mentir pour 2013.